Point d’écoulement et rendement

Cette mesure est-elle précise?

Performance Performance

Dans notre activité des huiles moteur pour voitures, les clients nous posent beaucoup de questions sur le point d’écoulement de nos huiles, à savoir la température en dessous de laquelle une huile perd sa capacité de couler. Plus précisément, le point d’écoulement est-il la meilleure référence afin de prédire le rendement d’une huile à basse température?

 

Examinons tout d’abord comment le point d’écoulement est déterminé. Un échantillon d’huile est refroidi rapidement, par exemple jusqu’à 20 °C (68 °F) par heure. L’échantillon est penché sur le côté à chaque intervalle de 3 °C (37 °F) afin de déterminer la fluidité de l’huile. La température la plus basse à laquelle un mouvement du fluide est perceptible correspond au point d’écoulement.

 

Bien que le point d’écoulement soit une propriété de lubrifiant couramment utilisée, sa rapidité de refroidissement irréaliste, sa faible résolution et sa faible reproductibilité en font un indicateur peu fiable du rendement de l’huile à basse température. C’est pour cette raison, à quelques exceptions près, qu’il n’est généralement pas inclus dans les spécifications de l’industrie ou des fabricants d’équipement d’origine pour les huiles moteur pour voitures. Il est important de noter que l’essai du point d’écoulement n’est pas reconnu dans la norme SAE J300, la norme industrielle qui définit la « rhéologie » des huiles moteur (le domaine de la physique qui étudie l’écoulement des matières) et les grades de viscosité. L’essai du point d’écoulement est relativement rapide et facile et est encore couramment réalisé.

 

Deux essais standards de l’ASTM fournissent des mesures plus significatives du rendement de l’écoulement à froid :

 

ASTM D52 : Un simulateur de démarrage à froid (Cold Cranking Simulator, CCS) donne une mesure de la résistance de l’huile à l’écoulement lors du démarrage d’un moteur avec de l’huile froide. Des résultats plus faibles du simulateur indiquent qu’un couple d’arbre moteur moins important est nécessaire pour contrer la viscosité de l’huile lors du démarrage à froid. Les valeurs de maximales simulateur sont dictées par la norme SAE J300.

 

ASTM D4864 : Un mini-viscosimètre rotatif (Mini-Rotary Viscometer, MRV) a été développé spécifiquement pour évaluer la pompabilité de l’huile à la suite d’un nombre alarmant de pannes sur le terrain dues à l’écoulement à froid à la fin des années 1970. Des valeurs plus faibles du mini-viscosimètre indiquent qu’une huile s’écoulera plus facilement entre le carter d’huile et le moteur où elle est nécessaire lors du démarrage à froid. Les valeurs maximales du mini-viscosimètre sont dictées par la norme SAE J300.

 

Ceci étant dit, bien que le point d’écoulement ne soit pas indicatif du rendement de service, nous reconnaissons qu’il s’agit encore et toujours d’un sujet d’intérêt pour nos clients. Comme vous le savez peut-être, Chevron met à jour sa gamme d’huiles moteur pour voitures afin de s’aligner sur la nouvelle norme ILSAC GF-6. L’amélioration du point d’écoulement est l’un des nombreux avantages de la nouvelle gamme de produits GF-6.

08/26/2020

Sean Lantz
Sean Lantz est le spécialiste technique en huiles à moteur et produits spécialisés d’Amérique du Nord de Chevron. Il offre aussi son appui technique aux programmes ISOCLEAN et aux programmes d’additifs de carburant du marché secondaire de Chevron. Il détient une maîtrise en ingénierie mécanique de l’université de Californie (University of California), Merced. Avant de se joindre à Chevron Lubricants, il œuvrait au développement de groupes motopropulseurs automobiles et en tant qu’ingénieur d’usine.