Les avantages des lubrifiants synthétiques pour les applications industrielles

Imaginez : Une durée de vie plus longue et de plus longs intervalles entre les vidanges

Men observing machinery Men observing machinery

On utilise des lubrifiants synthétiques à des fins industrielles depuis plus de deux décennies. Bien qu’ils soient trois à quatre fois plus chers que les huiles minérales, le gain en rendement peut s’avérer gigantesque grâce à leur plus longue durée de vie utile et les rendements élevés qu’ils peuvent générer. Il est utile de bien connaître les avantages des synthétiques et la gamme des produits synthétiques pour diverses applications.

 

Pour les huiles à moteur de véhicules routiers, la réglementation exigeant une meilleure économie de carburant crée une tendance favorisant les synthétiques à faible viscosité. Ce n’est pas un problème pour l’équipement industriel, mais les synthétiques vont offrir une amélioration de l’efficacité énergétique équivalente. Dans les boîtes de vitesses, par exemple, un lubrifiant synthétique réduit le coefficient de traction dans les éléments de roulement, ce qui donne un fonctionnement plus fluide et réduit la consommation énergétique.

 

Les synthétiques offrent également une plage de températures de fonctionnement plus grande que les huiles conventionnelles. À basse température, les synthétiques offrent une fluidité accrue et réduisent les risques de cristallisation de cire dans l’huile. Vous pouvez faire démarrer et opérer vos équipements plus rapidement à basse température. À l’autre bout du thermomètre, les synthétiques offrent généralement un élargissement d’environ 38 ° C (100 ° F) de la plage de température d’opération comparée à l’huile minérale. C’est ce qui explique la popularité des synthétiques dans les environnements et les applications sous températures extrêmes.

 

Le troisième bénéfice majeur et possiblement le plus important est une meilleure résistance à l’oxydation ce qui allonge les intervalles de vidange et des changements d’huile moins fréquents. Ce qui en résulte est une efficacité opérationnelle accrue et des économies potentielles pour vos installations. Vous verrez également un meilleur rendement opérationnel grâce à une réduction de la friction interne et une plus grande plage de température d’opération comme nous l’avons vu plus tôt.

 

Mis ensemble, ces avantages vont générer une amélioration générale du rendement de vos opérations. Les opérateurs dans certains types d’applications – par exemple, une tour de refroidissement dans une centrale électrique – pourraient penser devoir utiliser une huile visqueuse pour les mois d’été et changer pour une huile moins visqueuse pour l’hiver. Avec une huile synthétique, la large plage d’opération vous permet de garder la même huile toute l’année et probablement plus longtemps grâce à la résistance à l’oxydation et les intervalles de vidange plus longs. Non seulement l’huile dure plus longtemps, mais vous simplifiez également votre inventaire et vous économisez sur les coûts de main-d’œuvre et les temps d’arrêt liés aux changements d’huile saisonniers.

 

Une plus grande variété d’options

 

Une différence majeure entre les synthétiques industriels et les huiles à moteur est la plus grande variété de bases synthétiques utilisées pour différents types d’applications. Les huiles à moteur synthétiques sont dérivées principalement de la polyalphaoléfine (PAO) ou bases de groupe III et sont généralement compatibles avec les huiles minérales équivalentes, ce qui réduit les risques de contamination croisée lors de la transition de l’huile conventionnelle à la synthétique. Certaines applications industrielles utilisent aussi la PAO et les huiles de base de groupe III, mais il existe plusieurs autres types de synthétiques qui peuvent être préférables à la PAO dans des applications précises.

 

Par exemple, une application pourrait exiger l’utilisation de fluides résistants au feu s’il y a un risque que l’huile entre en contact avec une flamme nue. Vous pouvez alors utiliser un lubrifiant à base d’ester phosphorique ou un polyester, le premier étant le plus résistant au feu. Pour les compresseurs d’air, les fluides diester sont monnaie courante. Un diester peut se dégrader en composantes de base sans laisser de résidus ; ce qui constitue un énorme avantage. Contrairement à la PAO, les polyalkylènes glycols ou PAG sont plus appropriés pour les engrenages. Les PAG sont hautement polaires. Offerts en version hydrosoluble ou insoluble, elles donnent un meilleur coefficient de friction qu’une PAO pour une utilisation dans les boîtes de vitesse.

 

Toutefois, il est recommandé de porter une attention particulière en utilisant des huiles PAG et ester parce qu’elles peuvent avoir des problèmes de compatibilité avec les huiles minérales et les PAO sans compter certains joints d’étanchéité et certaines peintures utilisées dans les unités industrielles.  

 

Les silicones constituent une autre classe de bases d’huile. Certains compresseurs à air utilisent des liquides au silicone parce qu’ils offrent une excellente résistance à l’oxydation et un indice de viscosité favorable (ce qui veut dire que les changements de température ne causent pas de changements de viscosité). Par contre, leur capacité de charge est réduite lorsque comparée aux huiles minérales ou à d’autres huiles synthétiques. Lors d’un changement pour une huile provenant d’un autre type de base, il est probable que vous ayez une formation excessive de mousse s’il reste des résidus de silicone.

 

Changer pour une huile synthétique dans un contexte industriel devrait être fait avec la plus grande prudence. Vous devez identifier le type de base d’huile et vous assurer qu’elle est compatible avec le liquide que vous voulez remplacer ou alors faire un rinçage méticuleux de la vieille huile. Vous pouvez garder l’huile synthétique dans un système de trois à quatre fois plus longtemps qu’une huile minérale équivalente – en plus de la protéger des particules et des contaminants – vous verrez non seulement une amélioration des performances, mais aussi des avantages économiques. Comme toujours, nous sommes là pour vous guider dans le choix et la bonne gestion des synthétiques pour vos applications industrielles.

08/10/2020

Dan Holdmeyer
À propos de l’auteur : Avec plus de 35 années d’expérience dans l’industrie pétrolière et gazière, Dan Holdmeyer a travaillé pour Chevron pendant 14 ans occupant plusieurs fonctions avant de devenir directeur de marques industrielles et de produits de refroidissements et de travailler comme ingénieur en lubrification pour Chevron Delo et d’autres marques de lubrifiants liées. Il joue un rôle central dans la gestion d’une grande variété de programmes liés aux besoins de lubrification pour véhicules routiers et hors route. Dan travaille aussi comme spécialiste de la formation Chevron pour la division mondiale de lubrifiants et ce, depuis qu’il s’est joint à l’entreprise. Avant de joindre l’équipe Chevron, Dan a travaillé pendant 20 ans comme ingénieur de terrain pour Mobil Oil Corporation (1979-1999) dès sa sortie de l’Université du Missouri-Columbia où il a obtenu un baccalauréat de science en génie chimique.

Other articles you may be interested in.